Démolir un mur porteur : les précautions s’imposent

Démolir un mur porteur : les précautions s’imposent

Démolir un mur porteur : c’est souvent le choix des acquéreurs pour adapter une maison ou un appartement ancien aux nouvelles tendances d’un lieu de vie moderne : cuisine américaine, baies vitrées, pièces spacieuses.

Le critère du mur porteur, c’est son épaisseur, au minimum 20 centimètres.

Attention cependant : le mur porteur est essentiel dans l’ensemble structurel désigné sous le terme de « gros œuvre », c’est-à-dire la charpente, les façades, les planchers. Le démolir nécessite des précautions à la fois techniques et administratives.

En copropriété, le mur porteur est une partie commune et une autorisation d’assemblée générale de copropriété est indispensable pour y procéder.

L’étude de faisabilité : 1ère étape avant de démolir un mur porteur

Avant toute intervention sur ce mur, le supprimer, créer une nouvelle ouverture, il faut effectuer des calculs de portée, de descente de charge, avec la consultation d’un ingénieur structure.

L’agrandissement de l’ouverture nécessite de remplacer le linteau qui réparti le poids de part et d’autre de l’ouverture. C’est l’ingénieur structure qui calcule cette répartition de la nouvelle charge, et choisit le type d’élément de soutien, poutre ou IPN, nécessaire pour soutenir l’ensemble.

L’architecte DPLG établira le descriptif de travaux, en fonction de cette étude de structure, le dossier d’appel d’offres auprès d’entreprises spécialisées et suivra la conformité des travaux par rapport au descriptif.

Les architectes d’intérieur ne sont pas habilités à encadrer les travaux de démolition de mur porteur.

Dans les immeubles anciens, il faut prendre des précautions, y compris pour démolir des cloisons, elles peuvent devenir porteuses avec le temps.

L’accord de la copropriété avant de démolir un mur porteur

Pour un logement en copropriété, vous devez demander au syndic l’autorisation de travaux auprès de l’assemblée générale, avec communication du dossier de l’architecte de l’immeuble et de l’ingénieur structure,  du  devis de l’entreprise de maçonnerie. Le vote de l’autorisation des travaux est prise en assemblée générale à la majorité de l’article 25 de la loi de 1965.

Pour une maison individuelle, vous devrez déclarer vos travaux au service d’urbanisme de votre mairie  en particulier s’il s’agit d’un mur de façade risquant d’en modifier l’aspect extérieur. Enfin, vous devrez également faire intervenir une entreprise de démolition spécialisée apte à effectuer les travaux en conformité avec l’avis de l’ingénieur structure et pour ne pas mettre en péril la structure de la maison.

Le constat des lieux avant de démolir un mur porteur

En copropriété, un état des lieux contradictoire est une précaution importante préalablement à l’exécution des travaux. La réalisation de cet état des lieux par  huissier – les honoraires d’huissier sont à votre charge – vous garantit de ne pas être recherché par des voisins peu scrupuleux qui profiteraient de vos travaux pour faire réparer chez eux des désordres antérieurs.

En maison individuelle, pas besoin d’état des lieux contradictoire, à moins que votre maison ne soit mitoyenne.

La souscription d’une assurance dommages­-ouvrage pour démolir un mur porteur

La souscription d’une assurance dommages-ouvrage est obligatoire pour ce type de travaux, que ce soit dans la cadre d’un appartement en copropriété ou d’une maison individuelle.

Si vous revendez votre appartement ou votre maison dans le délai de 10 ans de la réception de vos travaux, il vous faudra obligatoirement communiquer à votre acquéreur l’attestation d’assurance dommages ouvrage.

Démolir un mur porteur : bien choisir l’entreprise

L’entreprise de maçonnerie que vous choisirez doit être spécialisée dans ce type de travaux. Vous devez lui demander son attestation d’ assurance décennale béton armé démolition en cours de validité.

Les options techniques pour démolir un mur porteur

Avant démolition du mur, il est nécessaire de l’étayer. Pour des ouvertures entre 80cm et 1m de large, la technique est de répartir  la charge des étais entre le sol et le plafond sur des poutrelles bois ou métal. Pour des ouvertures plus larges, il faut créer un jambage entre deux poutrelles fixées au sol et reliées entre elles, la charge s’appuyant sur chacune des deux poutres. Parfait pour des ouvertures allant jusqu’à 2m50.

La découpe du mur porteur s’opère à l’aide d’une meuleuse à disque diamant et la démolition s’effectue en commençant par le haut à l’aide d’une massette ou d’un perforateur burineur.

Le prix pour démolir un mur porteur

En fonction de la dimension de l’ouverture à créer, il faut compter un prix dans une fourchette de 2.000 à 6.000 euros plus les honoraires de l’architecte, de l’ingénieur structure, assurance dommages ouvrage et constat d’huissier. Le budget global est de l’ordre de 3.000 à 9.000 euros.

A lire aussi :

Les travaux dans une copropriété

Les règles de majorité en assemblée générale

L’assurance dommages-ouvrage : quand faut il la souscrire ?

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

  • Prix min.

  • Prix max.

  • Surface min.

  • Surface max.