Charges de copropriété à Paris : l’indice FNAIM à la baisse

Posté le 25 septembre 2015

Mis à jour le 17 février 2017

L’indice des charges de la FNAIM du Grand Paris est l’indice de référence pour les copropriétés de la capitale

La FNAIM du Grand Paris a construit son indice des charges de copropriété sur la base d’un échantillon de 3 349 immeubles (7 % des immeubles en copropriété à Paris) soit 92 623 lots de copropriété à Paris (14 % des lots de copropriété à Paris). Cette étude repose sur les données comptables des copropriétés, via les logiciels de gestion des syndics de copropriété.
Cet indice révèle l’évolution des charges de copropriété par rapport à une année de référence, l’année 2013.

La baisse des charges de copropriétés à Paris en 2015

  • indice 2013 : 100
  • indice 2014 :   92,6
  • indice 2015 : 90,3

Les charges de copropriété ont donc baissé de 2,5 % au cours de l’année 2015 à Paris.

Taxes, impôts et effets de la loi ALUR sont à l’origine des plus fortes augmentations

Le montant moyen des charges de copropriété à Paris en 2015 est de 36 €/m2 et 2.022 € par lot.

Principaux postes de charges Indice 2014 Indice 2015
Eau 100,2   95,4
Chauffage collectif  75,3   57,4
Ascenseurs  84,2   68,2
Assurances  85,3   76,1
Honoraires de syndic 106,3 118,0
Impôts 117,7 173,4
Salaires 106,0 108,1

Le chauffage (indice : 57,4) connait une baisse importante parmi les charges, pour la deuxième année consécutive avec – 24 %, effet d’un hiver 2015 encore très clément.

L’évolution sur les primes d’assurances – stabilité après de fortes hausses – trouve sa source en partie dans la stabilisation des indices légaux mais aussi dans les travaux d’entretien entrepris pour rénover les installations de plomberie vétustes et dans les actions des syndics pour faire jouer la concurrence.

Au contraire, les impôts (indice : 173,4), les honoraires de syndic (indice : 118,0) et les salaires (indice : 108,1) connaissent toujours des hausses, respectivement de 47,3 %, de 11 % et de 8 %.

La forte hausse des honoraires de syndic s’explique par la mise en place du contrat ALUR (élévation des compétences des collaborateurs, obligation de formation professionnelle, intégration des frais administratifs dans le contrat « tout sauf », intranet, heures d’assemblées générales hors heures ouvrables inclus dans les honoraires de gestion courante…).

Le bilan d’économies de charges, partie intégrante de notre programme qualité porte ses fruits, la hausse des charges n’est plus une fatalité. » commente Germain Perrissel, responsable du service Qualité du groupe Agence Etoile.

Travaux en copropriété : – 50 % dans les travaux en 2015

L’Observatoire des charges de copropriété FNAIM du Grand Paris relève une nette baisse des investissements et des dépenses de travaux d’entretien en 2015. En raison de l’encadrement des loyers, les bailleurs sont très frileux pour voter les dépenses de travaux, alors que par ailleurs les aides accordées par l’Etat, la Région ou la Ville se réduisent aux travaux d’isolation et d’économies d’energie. les copropriétaires occupants attendent quant à eux les conséquences liées à la constituion obligatoire d’un fonds de travaux et du Diagnostic Technique Global.

En savoir plus sur le fonds de travaux

Les travaux hors budget de fonctionnement représentent 17,4 €/m².

Les syndics sont metteurs en scène de la vigilance sur la qualité et le coût de la gestion quotidienne et à long terme des copropriétés privées ; l’action du syndic et de ses collaborateurs est positive lorsque le travail avec conseil syndical est collaboratif et que les copropriétaires sont acteurs de la préservation de leur patrimoine » commente André PERRISSEL, Président du Groupement AGENCES REUNIES, 1er groupement d’agences immobilières et d’administrateurs de biens du Grand Paris.

En savoir plus pour la rénovation energétique des copropriétés


Commentaires

Poster un commentaire

*

J'estime mon bien en ligne

Type * :

Localisation * :

Estimer mon bien