Le diagnostiquer immobilier

Le diagnostiqueur immobilier

La relance de l’économie par l’accélération de la transition énergétique est au cœur de l’équation du Plan de Relance du Gouvernement français post-crise de la Covid-19 : soutien aux travaux de rénovation, lutte contre les passoires thermiques et accompagnement des ménages. Une démarche dont le diagnostiqueur devient le pivot incontournable pour évaluer les chantiers, optimiser leurs coûts et aboutir aux meilleures performances.

Le diagnostiqueur : passeur vers la transition énergétique

En première ligne de tout chantier de rénovation, le diagnostiqueur immobilier doit être considéré comme un « passeur » vers la transition énergétique. Moteur, facilitateur et conseil, il n’est pas régulateur, encore moins redresseur de tort.

Son travail consiste à produire pour ses clients une information technique et objective quant à l’état de santé d’un logement ou d’un bâtiment. Une telle information sert à éclairer les décisions prises par les ménages, les bailleurs privés ou publics, les syndics de copropriété s’agissant des chantiers de rénovation notamment.

Le diagnostiqueur doit endosser et assumer la responsabilité d’orienter les travaux de rénovation énergétique vers une meilleure performance et durabilité. Ceci permettra d’éviter les effets d’aubaine financiers. In fine de proposer aux ménages ou aux gros bailleurs, un accompagnement positif et concret. Les contraintes réglementaires deviennent ) une opportunité d’améliorer ses factures mais aussi son confort et sa qualité de vie

Compréhension, écoute, conseil, accompagnement

Compréhension, écoute, conseil et accompagnement sont les rôles du diagnostiqueur moderne, par le décryptage des enjeux, des techniques et des solutions techniques disponibles tout en conservant une dimension humaine et sociale. Apporter au propriétaire (actuel ou futur), au bailleur privé ou social, au syndic de copropriété une information qualifiée, fiable, experte, intégrée dans le rapport de diagnostic, c’est oser s’engager et se projeter grâce à un Diagnostic de Performance Énergétique (D.P.E.) plus complet.

Le DPE de demain doit préciser de quelle manière et avec quelle ampleur les travaux envisagés amélioreront la performance énergétique mais aussi indiquer ses émissions de gaz à effet de serre. C’est ouvrir de nouveaux champs au métier de diagnostiqueur immobilier qui deviendrait ainsi un « assistant à maitrise d’usage » (AMU).

La performance énergétique, enjeu pour le développement


La relance économique par la performance énergétique est œuvre de salut public et climatique. À condition toutefois que sa mise en œuvre nationale permette de considérer toutes les particularités : le type et la nature des bâtiments, et des logements, leur localisation, leur emplacement, leur orientation, leurs matériaux de construction, etc. Cet esprit planificateur et centralisé ne doit pas entraver l’expertise, le bon sens, l’analyse et par conséquent l’élaboration concertée de solutions sur mesure, issues du terrain.

Diagnostiqueur, une position centrale

La  qualité des analyses et des expertises produites par les diagnostiqueurs immobiliers est centrale. Le nombre de DPE réalisé chaque semaine en France s’élève à 35 000 : un chiffre énorme, pourtant loin de satisfaire les besoins.

Il est nécessaire d’accélérer la professionnalisation et l’extension du métier : en développant des formations initiales de bac +2 à bac +5 ; avec des passerelles entre les filières de l’immobilier et du BTP pour devenir diagnostiqueur en validant ses acquis professionnels ; en ouvrant des formations croisées avec les métiers de l’ingénierie du BTP, de la data, de l’informatique et des nouvelles technologies.

Une professionnalisation d’autant plus indispensable lorsque l’on a conscience des millions de données traitées par les diagnostiqueurs à l’année. les données peuvent aujourd’hui être modélisées, stockées et partagées avec tous dans le cadre du carnet numérique du bâti et grâce aux technologies du BIM appliquées en gestion-exploitation maintenance.

Ainsi le cabinet K2D, avec son gérant Dominique KRENC, délégué PACA de la Chambre des Diagnostiqueurs FNAIM et également directeur du centre de formation FORMADIAG. K2D est présent sur tout l’arc méditerranéen de Nice à Perpignan. Il compte jouer pleinement son rôle dans cet enjeu environnemental en garantissant une expertise sur-mesure, fiable, claire… au carré !

Dominique KRENC

09 52 69 63 90 ou 06 68 24 39 70 / formations@k2d.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Prix min.

  • Prix max.

  • Surface min.

  • Surface max.