Paris, métropole du monde

Paris, métropole mondiale, découvrez pourquoi.

Paris, on l’aime où on la hait.  La ville lumière ne laisse personne indifférent. Voici quelques uns de ses atouts, mais aussi ses faiblesses.

Paris, métropole mondiale de la productivité

L’agglomération parisienne se place dans le groupe des métropoles les plus productives du monde, après Tokyo, Los Angeles et New York.  Avec ses 11 millions d’habitants, la région Île de France produit 513 milliards d’euros, plus qu’un pays comme les Pays Bas. Avec 22 % de la population active française, le Grand Paris contribue à plus de 28 % du PIB français.

En termes de centre d’affaires et de production, Paris se classe dans la division de Londres et de New York, le secteur bourse finance en moins, l’industrie en plus.

A lire aussi : Après Brexit

Paris, métropole mondiale de l’attractivité

La capitale française  compte un tissu productif très dense, 340.000 entreprises y ont leur siège social. La capitale française s’est classée à la troisième place parmi les métropoles mondiales pour l’implantation d’investissements internationaux, derrière Londres et Shanghai.

La crise sanitaire et économique rebat les cartes pour 2020, mais la France et Paris ont de fortes chances de continuer à tirer leur épingle du jeu. Selon un sondage réalisé par EY, 32 % des dirigeants étrangers estiment que l’attractivité de la France est en amélioration et 50 % la voient se stabiliser, malgré les troubles de 2018 et 2019. 80 % estimaient fin avril 2020 que l’envergure des plans de relance sera un facteur déterminant pour l’arbitrage des investissements futurs.

Les principaux atouts [du Grand Paris], comme la qualité des infrastructures, la disponibilité des talents ou encore la qualité de vie, continuent d’attirer les investissements créateurs d’emplois et d’activités nouvelles« .

Jay Nirsimloo, président du directoire de KPMG,

Paris, métropole mondiale des transports en commun

La traversée de Paris d’est en ouest en voiture à moteur thermique ne peut plus se faire comme avant. C’est quelque chose qu’il faut oublier »

Anne Hidalgo, Maire de Paris, octobre 2020

L’Institute for Transportation and Development Policy (ITDP) distingue Paris comme leader mondial des transports en commun parmi les 26 métropoles mondiales les plus denses au monde. La capitale française dessert en effet chaque habitant à moins d’un kilomètre d’un réseau  rapide et disposant d’arrêts rapprochés.

D’ici 2024, dans la cadre du Grand Paris, ce maillage sera encore renforcé. Le réseau des bus parisiens sera lui aussi amélioré pour répondre aux évolutions démographiques et desservir la proche banlieue.

Paris se fixe aussi l’objectif ambitieux de devenir une capitale mondiale du vélo. La Ville a investi 63 millions d’euros pour l’aménagement de pistes cyclables, 7 millions d’euros pour le financement de 10.000 places de stationnement de vélos ; 40 millions d’euros dédiés aux aménagements, réaménagement des grands axes, création du réseau vélo express. La hausse de fréquentation des pistes cyclables est de 72 % depuis la fin du confinement par rapport à la même période en 2019. Le Grand Paris compte désormais la plus forte intensité de pistes cyclables de France.

Paris, métropole mondiale du glamour

Paris garde un attrait fondé sur son patrimoine architectural et culturel. La Ville Lumière est la ville la plus visitée du monde, avec 32 millions de touristes chaque année. A Paris, près d’un emploi sur cinq relève de cette activité.

 Paris est aussi synonyme de luxe, de beauté, de mode, d’architecture et d’art. Plus que son positionnement dans l’industrie ou la recherche, c’est l’image du « gai Paris » qui l’emporte.

Nos quartiers :

Vie de quartier, autour du Canal Saint Martin à Paris

Paris 10 ème : un arrondissement plein de promesses

Vie de quartier – Paris 3eme : l’arrondissement dynamique

Paris 7ème arrondissement : calme, standing et sécurité avant tout

Paris, la vie en rose ?

Pourtant, tout n’est pas rose à Paris : incivilités, malpropreté, conditions de travail, dégradation de la qualité de vie s’accélèrent.

Paris, ta civilité fout le camp

Les incivilités sont de plus en plus fréquentes. Les automobilistes ont les nerfs à fleur de peau. Cyclistes et trottinetistes ne respectent aucune règle du code de la route. Entre agressions verbales, dépôts d’ordures sauvages, tags, déjections canines, les occasions sont permanentes d’être confronté à l’agressivité ambiante. Près d’une femme sur deux se plaint de harcèlement sur la voie publique.

Des supporters du PSG après la défaite en ligue des champions saccagent des boutiques sur les Champs Elysées. Un conducteur de la RATP est violenté par une dizaine d’hommes pour un banal incident de circulation.

A lire aussi : l’incivilité engendre la discorde

Dangereuse, Paris ?

Suivant le classement dressé par l’hebdomadaire « the economist », la capitale française est en 23ème place. En tête du classement, Tokyo, Singapour, Osaka, Stocckholm, Amsterdam, Zurich. Paris est derrière New York (10éme), Chicago (16ème)ou Londres (18ème)

50 % des parisiens ont le sentiment  que la situation sécuritaire s’est dégradée et les incivilités ont progressé. Ils sont favorables à 80 % à la création d’une police municicipale et à un renforcement de la télésurveillance.

Paris, ton caniveau déborde

Au ras du bitume, le spectacle est loin de la carte postale glamour : déchets plastiques, mégots, encombrants déposés sur le trottoir, caniveau jonché de détritus.

L’échec de la municipalité Hidalgo en matière de propreté saute aux yeux. Le budget consacré à la propreté de Paris a été en diminution de 11% depuis 2001. Ce sont plus de 900 emplois qui ont disparu depuis 2001, alors que les effectifs globaux des employés municipaux ont augmenté de 50 %. La propreté s’est imposée comme l’un des enjeux des dernières élections municipales mais rien n’y fait.

L’abandon des commerçants et artisans

Autant Paris peut avoir une très grande attractivité internationale, et avoir des petits commerces qui souffrent. Commerçants, artisans, petits patrons éprouvent un sentiment d’abandon de la part de la puissance publique. Ceux-ci réclament un « pacte entrepreneurial pour Paris », mais La municipalité est peu à l’écoute de ces entrepreneurs

Près d’un salarié sur deux se plaint du temps et des conditions de travail. En cause, l’accès au logement, la saturation des lignes de transport ou les nuisances sonores. Il est possible de prédire que le recours au télétravail et la fuite des parisiens vers des zones plus abordables en matière de prix immobiliers seront des tendances lourdes pour les prochaines années.

Paris continue de redresser des défis, le défi de la compétitivité, de la productivité, de l’attractivité touristique. Elle doit aussi prendre conscience des faiblesses qui mettent en cause sa qualité de vie. Une capitale verte, certes, mais propre, civilisée et accueillante.

André Perrissel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

  • Prix min.

  • Prix max.

  • Surface min.

  • Surface max.