Parkings : recharge des véhicules électriques

Parkings : recharge des véhicules électriques ?

2035 : c’est l’année où l’ensemble des constructeurs automobiles devront cesser la commercialisation de leurs véhicules thermiques. Pour préparer cette échéance, de nombreux acteurs rivalisent d’ingéniosité et proposent de nouvelles solutions de recharge de véhicules électriques dans les parkings. Parmi eux, le Groupe Michaud, qui propose Park’Elec, co-développé avec ENEDIS. Cette installation propose d’équiper les parkings de copropriétés – dans le neuf ou l’ancien – d’un système de recharge individuelle. Un atout majeur pour les copropriétaires qui restent maîtres de leur consommation. Un avantage également indéniable pour les syndics, affranchis de certaines contraintes techniques et de gestion.

L’agence Étoile vous propose d’en savoir plus avec Didier Bagnon, Directeur Commercial du Groupe Michaud.

Pouvez-vous nous présenter Park’Elec en quelques mots ?

Jusqu’à présent, seuls quelques copropriétaires souhaitaient disposer d’une borne de recharge des véhicules électriques dans leurs parkings. Mais aujourd’hui, avec notre solution, nous entrons dans une nouvelle ère. Les gens s’équipent de plus en plus en véhicules électriques. Ils souhaitent brancher leur véhicule le soir et le retrouver chargé le lendemain matin. Pour répondre à leurs besoins de mobilité, les constructeurs rivalisent d’ingéniosité. Vous avez aujourd’hui sur le marché de plus en plus de SUV électriques qui affichent une autonomie de 500 km. Park’Elec est une solution technique permettant à toute copropriété de proposer le raccordement au réseau électrique pour chaque stationnement. Adaptée à tout type de véhicule et de borne, cette installation collective se compose de deux parties :

  • Une canalisation collective ou « câble bus », passant devant toutes les places de parking pour desservir toute la copropriété ;
  • Un raccordement pour chaque stationnement, relié à un compteur Linky dédié. Ce raccordement permet le comptage de la consommation de chaque copropriétaire, comme un « mini logement ». Chaque copropriétaire dispose donc de sa propre solution de recharge et ne paye que pour celle-ci. Ainsi les coûts sont réellement adaptés à la consommation électrique de chacun.

Il devient alors aussi facile  de passer à l’électrique que de prendre un abonnement à la fibre !

En quoi cette solution de recharge des véhicules électriques dans les parkings représente-t-elle un avantage pour l’ensemble des copropriétaires ?

Près de la moitié de la population française vit en habitat collectif. Parmi ces personnes, 90 % auront besoin de charger leurs véhicules électriques à domicile. Park’Elec répond aux futurs besoins des copropriétaires en leur facilitant le quotidien. C’est aussi un moyen de s’adapter à la croissance exponentielle des véhicules électriques, proposés par tous les constructeurs automobiles. Par ailleurs, Park’Elec permet d’anticiper la mise en conformité avec la Loi d’Orientation de Mobilités, de mars 2021. Cette dernière prévoyant un pré-équipement obligatoire en recharge pour véhicules électriques dès que le parking comporte plus de dix places. Mais Park’Elec, c’est aussi un moyen de ne pas creuser le déséquilibre entre le neuf et l’ancien, grâce à une prestation de mobilité électrique équivalente. Enfin, Park’Elec propose une rationalisation totale du budget de mobilité électrique. Chaque copropriétaire paye uniquement pour sa consommation personnelle, et non des charges réparties entre tous les occupants de la copropriété.

Park’Elec, c’est aussi du temps gagné pour les syndics de copropriété ?

Pour les syndics de copropriété comme l’Agence Etoile, Park’Elec représente un réel gain de temps. Aucune relève de compteur n’est à effectuer, ni aucune re-facturation à gérer. Les syndics sont alors pleinement disponibles pour gérer d’autres aspects de la copropriété. Ils auront également la possibilité de proposer des frais de gestion plus compétitifs, leur intervention étant sensiblement allégée. Peut-être aussi l’occasion de remporter d’autres marchés, en partie grâce à l’individualisation de la gestion tarifaire ?

Concrètement, combien coûte Park’Elec ?

Le prix de Park’Elec comprend deux parties :

  • La canalisation collective. Il s’agit du câble qui dessert chaque emplacement de parking, avec en amont les dispositifs de raccordement du réseau. Pour ce poste, chaque copropriétaire paye une partie de l’installation commune, que sa place soit équipée ou pas. Aujourd’hui, le prix moyen par copropriété varie entre 50 et 150 euros, selon le niveau d’accessibilité du stationnement. Une dépense qui reste accessible et qui valorise l’attractivité du logement en cas de revente. Il est d’ailleurs important de spécifier que cette charge va évoluer. En effet, un amendement à la loi climat a été voté fin mars. Le reste à charge pour le copropriétaire va être supprimé, ENEDIS allant avancer la somme pour l’installation de cette infrastructure. Ensuite chaque utilisateur qui voudra s’équiper paiera une quote-part relative à la partie du câble qui desservira son stationnement.
  • Le forfait dérivation individuelle : 1.500 euros par copropriétaire, subventions déduites. Cette somme est payable, comme la canalisation collective, une fois pour toutes. Un investissement rentabilisé en moyenne en quatre ans. Ensuite la formule devient très intéressante. Sur la base de 10.000 km/an, nous avons estimé à 30 €/mois le prix de revient de Park’Elec. Quand on compare ce budget aux pleins d’essence de nos véhicules thermiques actuels, nous sommes bien évidemment gagnants !

Où pouvons-nous nous adresser pour faire réaliser un audit spécifique pour notre copropriété ?

Nous travaillons en collaboration avec un réseau d’installateurs qui connaît bien nos produits. Ils sont capables d’accompagner les syndics de copropriété, comme l’Agence Etoile, dans la gestion globale de chaque projet. En effet, une partie de cette installation relève d’ENEDIS. L’autre s’inscrit dans le champ des compétences d’un professionnel, habilité à procéder à la relève d’une installation qualifiée IRVE. Enfin, nos installateurs peuvent accompagner les syndics dans leur demande de subvention. En effet, chaque copropriétaire peut bénéficier d’une subvention Advenir, qui permet de réduire sensiblement le coût de l’installation. Et dans le cadre de sa mission de gestion, le syndic peut proposer Park’Elec lors d’assemblées générales des copropriétés qu’il gère. Une façon de valoriser son accompagnement, tout en conseillant ses clients dans la transition énergétique. Dans ce contexte, le réseau des agences Etoile fera certainement figure de pionnier !

A lire aussi : parkings, le nouvel investissement

Propos recueillis pas Stéphanie Buitekant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Prix min.

  • Prix max.

  • Surface min.

  • Surface max.

    Inscrivez-vous à la newsletter !